surmener


surmener

surmener [ syrməne ] v. tr. <conjug. : 5>
• fin XIIe, répandu XIXe; de sur- et mener
1Fatiguer outre mesure (un cheval, une bête de somme). forcer. « une jument noire que Châteaufort avait un peu surmenée et qui était menacée de devenir poussive » (Mérimée).
2Imposer un effort excessif à (qqn). éreinter, fatiguer. Surmener ses collaborateurs. (Choses) Son travail le surmène. Pronom. Il se surmène trop.

surmener verbe transitif Fatiguer à l'excès un cheval, une bête de somme en les menant trop vite ou trop longtemps. Imposer à quelqu'un, à son organisme un effort physique ou intellectuel excessif : Surmener des étudiants par des programmes trop chargés.surmener (difficultés) verbe transitif Conjugaison Comme mener. ● surmener (synonymes) verbe transitif Fatiguer à l'excès un cheval, une bête de somme en...
Synonymes :
Imposer à quelqu'un, à son organisme un effort physique ou...
Synonymes :
- anéantir
- écraser
- épuiser
- éreinter (familier)
- excéder
- exténuer

surmener
v. tr. Fatiguer à l'excès. Surmener une bête. Il surmène ses collaborateurs.
Pp. adj. Homme d'affaires surmené.
|| v. Pron. Il se surmène avant ses examens.

⇒SURMENER, verbe trans.
A. — Empl. trans.
1. Imposer à un cheval ou un animal de trait un train ou des efforts qui excèdent ses forces. Synon. forcer. Voiture violente et rude du petit courrier. Deux malheureux chevaux de montagne, d'une bonne petite espèce, continuellement battus et surmenés (MICHELET, Journal, 1835, p. 189). P. métaph. Écrire! verser avec rage toute la sincérité de soi sur le papier tentateur, si vite, si vite, que parfois la main lutte et renâcle, surmenée par le dieu impatient qui la guide (COLETTE, Vagab., 1910, p. 16).
2. P. anal. Imposer à quelqu'un une quantité de travail ou un rythme d'activité qui le fatiguent à l'excès. J'avais été surmené par les événements, et la force me manquait pour dormir (ABOUT, Roi mont., 1857, p. 131). Des employeurs uniquement soucieux d'accroître leurs gains, sans rien prélever pour leurs ouvriers et même en les surmenant (WILBOIS, Comment fonct. entr., 1941, p. 40).
— [P. méton. de l'obj.] Littér. Ces passions dont mon âme était surmenée, ces passions vagues encore, ressemblaient aux tempêtes de mer qui affluent de tous les points de l'horizon: pilote sans expérience, je ne savais de quel côté présenter la voile à des vents indécis (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 134). Mon cerveau n'est jamais plus lucide, plus disponible, plus allègre et plus délié, que quand, la veille, j'ai surmené ma chair jusqu'à la crève (GIDE, Journal, 1929, p. 925).
3. Faire subir un rendement excessif à quelque chose. À la vérité, tout avait baissé; le marché, surmené depuis trop longtemps, gonflé outre mesure, craquait de toutes parts (ZOLA , Argent, 1891, p. 338). Une exploitation surmenée n'a pas tardé à provoquer un épuisement presque complet de ces richesses [du guano] (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p. 468).
B. — Empl. pronom. réfl. Avoir une activité trop intense, qui conduit à un état de fatigue extrême. Synon. se crever (pop.), s'éreinter, se tuer (fam.). Elle était fatiguée, fatiguée, la pauvre vieille; elle n'en pouvait plus, de s'être tant surmenée pendant trois ou quatre jours (LOTI, Pêch. Isl., 1886, p. 113). Dans cet atelier de famille, l'ouvrier se surmène, ainsi que sa femme et ses enfants, par des journées interminables (quinze, dix-huit heures) pour des salaires de famine, et dans des conditions d'hygiène déplorables (MACAIGNE, Précis hyg., 1911, p. 305).
Prononc. et Orth.:[], (il) surmène [-]. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. 1176-81 sormener « excéder de fatigue (un cheval) » (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier Lyon, éd. M. Roques, 4502), s'est empl. p. anal. à propos des pers. en a. fr. (v. GDF., GDF. Compl., T.-L.), mais dep. RICH. 1680, n'est att. qu'à propos du cheval ou d'une bête de somme; 2. a) 1824 devenir surmené (d'une pers.) (JOUBERT, Pensées, t. 1, p. 196); b) 1852 trans. (HUGO, Nap. le Pt, p. 137); c) 1870 pronom. (FLAUB., Corresp., p. 109). Dér. de mener; préf. sur-. Fréq. abs. littér.:33.

surmener [syʀməne] v. tr. [CONJUG. mener (→ Lever).]
ÉTYM. XIIIe; répandu XIXe; sormener « entraîner », 1160; de sur-, et mener.
1 Fatiguer outre mesure (un cheval, une bête de somme). Forcer (→ Pourquoi, cit. 20).
1 Il s'agissait d'une jument noire que Châteaufort avait un peu surmenée et qui était menacée de devenir poussive.
Mérimée, la Double Méprise, III.
2 (XIXe). Excéder de fatigue (qqn). Éreinter, fatiguer (→ 1. Flotte, cit. 3). || Surmener des travailleurs. || Surmener un peuple (→ Guerre, cit. 30).Pron. || Se surmener (→ Empire, cit. 16). || Il se surmène trop.Par ext. || Surmener son cœur, ses yeux.
2 Il semble que, chez les êtres d'action, l'esprit, surmené par l'attention à ce qui se passera dans une heure, ne confie que très peu de chose à la mémoire.
Proust, la Prisonnière, Pl., t. III, p. 38.
——————
surmené, ée p. p. adj.
ÉTYM. (XIIIe; sormené, v. 1175).
Fatigué à l'excès; en état de surmenage. || Des travailleurs surmenés.Par ext. || Une intelligence moins surmenée (→ Conception, cit. 3).
3 (Les clients du docteur Jenkins) c'étaient des épuisés, des exténués, des anémiques, brûlés par une vie absurde (…) Et les perles Jenkins devenaient fameuses justement pour ce coup de fouet donné aux existences surmenées.
Alphonse Daudet, le Nabab, I.
N. (V. 1889, in D. D. L.). || Un surmené. || Des surmenés. → Cure, cit. 5. || « Sa fille, qui n'a pas vraiment l'air d'une surmenée » (le Nouvel Obs., 15 juin 1981, p.52).
DÉR. Surmenage, surmenant.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • SURMENER — v. a. Il se dit en parlant Des chevaux et des autres bêtes de somme, et signifie, Les excéder de fatigue, en les faisant aller trop vite, ou trop longtemps. Surmener un cheval. SURMENÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SURMENER — v. tr. Il se dit en parlant des Chevaux et des autres bêtes de somme et signifie Les excéder de fatigue, en les faisant aller trop vite ou trop longtemps. Surmener un cheval. Il se dit aussi en parlant des Personnes que l’on fatigue à l’excès.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • surmener — (sur me né) v. a. Il se conjugue comme mener. Excéder de fatigue une bête de somme ou autre en la faisant aller trop vite ou trop longtemps. Surmener un cheval.    Se dit aussi des personnes. Je suis surmené. HISTORIQUE    XIIe s. •   Par ceus… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • surmener — vt. => Fatiguer …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • surmenage — [ syrmənaʒ ] n. m. • 1845; de surmener ♦ Fait de surmener qqn, de se surmener. Surmenage des écoliers. Méd. Ensemble des troubles résultant d un exercice excessif, d un excès de travail. Dépression due à un surmenage intellectuel. ● surmenage nom …   Encyclopédie Universelle

  • surmena — SURMENÁ, surmenez, vb. I. refl. (Despre oameni) A se obosi peste măsură, a se extenua (în urma unui prelungit efort fizic sau intelectual); a se istovi. ♢ tranz. Munca prelungită îl surmenează. – Din fr. surmener. Trimis de ionel, 29.07.2004.… …   Dicționar Român

  • estrapasser — [ ɛstrapase ] v. tr. <conjug. : 1> • 1611; it. strapazzare « malmener, surmener », p. ê. de strappare; cf. estrapade ♦ Équit. Éreinter (un cheval) en lui faisant faire un trop long manège. ● estrapasser verbe transitif (italien strapazzare) …   Encyclopédie Universelle

  • fatiguer — [ fatige ] v. <conjug. : 1> • XIVe; lat. fatigare « épuiser; tourmenter » I ♦ V. tr. 1 ♦ Causer de la fatigue à (un organe, un organisme). Cet exercice fatigue les bras, le cœur. Cette lecture lui a fatigué les yeux. Cette longue marche m a …   Encyclopédie Universelle

  • SURMENAGE — n. m. Action de surmener ou de se surmener. être fatigué par le surmenage. Il désigne aussi l’état de celui qui est surmené. Une crise de surmenage …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • abrutir — [ abrytir ] v. tr. <conjug. : 2> • 1541; de à et brute 1 ♦ Vx ou littér. Rendre semblable à la brute, dégrader l être pensant. « La débauche avait abruti son esprit » (Rousseau). ⇒ altérer, 1. dégrader. 2 ♦ Rendre stupide. ⇒ abêtir,… …   Encyclopédie Universelle